Culture

Ce que nous défendons :

Une politique culturelle ambitieuse et cohérente

La ville est riche d’acteurs culturels. Les professionnels salariés par la mairie sont compétents et actifs (médiathèque, école de musique, Athéna, etc.), le monde associatif est riche et divers, tandis qu’apparaissent de nouveaux lieux de culture, d’art, de sciences gérés par des collectifs (Argonaute, Fablab, etc.). Pour autant il n’y a pas de lien entre ces divers acteurs car il n’y a à ce jour plus d’engagement culturel mais simplement des actions ponctuelles à visée courte. Face à cela, nous nous engageons à mettre en place une véritable politique culturelle sur la durée du mandat, dont le fer de lance serait un festival inter-culturel et intergénérationnel. En filigrane, nous proposons de promouvoir la langue bretonne.

Nos propositions

1. Mettre en œuvre une politique culturelle pendant toute la durée du mandat :

  • Co-construire avec les habitants et les professionnels concernés une politique culturelle qui s’inscrit dans plusieurs temporalités : court terme, moyen terme, long terme, avec un diagnostic des besoins et des moyens.
  • Développer la visibilité des associations et collectifs par une signalétique urbaine
  • Vitaliser la politique d’éducation culturelle afin de permettre à tous les habitants qui le désirent l’accès à une pratique artistique moins onéreuse. Porter ce sujet au niveau inter-communal.
  • Agir sur la fréquentation des espaces de culture (qui va où et pourquoi ?), interroger les habitants afin de répondre à leurs envies et leurs besoins.
  • Définir un budget culture porté par des élus engagés, visibles et accessibles.

2. Créer un festival inter-culturel, pluri-disciplinaire et inter-générationnel :

  • Associer tous les acteurs de la culture à Auray pour définir les contours d’un événement récurent, festif et populaire, qui mette en valeur les talents du territoire.
  • L’objectif de ce festival serait également la rencontre et le lien entre les habitants, de cultures et de générations différentes.
  • Dans la forme, il ne s’agirait pas de privilégier une pratique artistique par rapport à une autre, mais de multiplier les propositions autour d’une thématique qui reste à définir : conférences, danse, musique, cinéma… Toutes les pratiques seront bienvenues.
  • Le point d’orgue de cette manifestation serait un événement qui rassemblerait très largement la population, afin de communier ensemble de manière festive.

3. Promouvoir la langue bretonne :

  • Appliquer véritablement la charte « Ya d’ar Brezhoneg » (signée par Auray mais non-appliquée), qui propose des actions concrètes en faveur de la langue bretonne.
  • Dans l’ensemble des actions proposées par la charte, prioriser la formation du personnel et la signalétique bilingue.
  • Appuyer le travail des associations de langue bretonne
  • Prioriser une dénomination des rues s’appuyant sur le cadastre en breton.
  • Faire du théâtre de rue en breton pour faire revenir l’écoute de la langue dans l’espace public.

Nos sources d'inspiration :

Partager :
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin